Description une phrase- Pouruoi - Comment - Lien MON vdixime

Partager le changement... Vers de nouvelles pistes ... Vers une nouvelle vie ...

Trouver la voie c'est rechercher sans cesse ... et savoir qu'elle se présente sans aucun doute quand nous sommes prêts

Dernière mise à jour : 24/07/2016 ... Mais je continue de veiller. Aussi longtemps que vous aurez de l'Amour dans votre coeur, vous gagnerez toutes les batailles - Desideratum sur facebook continue de vivre au quotidien pour les extras

lundi 18 août 2014

Nestlé et le business de l'eau en bouteille

Que se passera-t-il lorsque les ressources en eau se feront vraiment rares ? Il est encore possible pour nous, chanceux occidentaux, de prendre cette réflexion avec une naïve désinvolture. La palme du cynisme, elle, échoit à un fin connaisseur de cette problématique, Peter Brabeck.
Il s’agit du président du CA de Nestlé, le plus grand groupe agro-alimentaire mondial, possédant aujourd’hui 70 marques d’eau en bouteille, secteur engendrant le plus de bénéfices pour le groupe suisse. L’eau pourrait bien selon lui, « garantir encore cent quarante ans de vie » à l’entreprise lancée dans une stratégie mondiale de monopolisation d’une des ressources les plus élémentaires de l’humanité.
Arte diffusera ce soir un documentaire édifiant sur la stratégie de Nestlé pour s’accaparer le monopole du commerce de l’or bleu.

Nestlé, la main mise sur le marché de l’eau en bouteille :

Depuis 1992 et le rachat du groupe Perrier, Nestlé a connu une croissance exponentielle sur le marché de l’eau en bouteille, jusqu’à devenir le numéro un mondial.
Rien que pour la France, la marque suisse et sa branche Nestlé Waters dispose d’une couverture commerciale énorme. Pour preuve, parmi ces noms familiers des consommateurs français, le nombre d’occurrences appartenant à la marque : Quézac, Contrex, Perrier, Hépar, Plancoët, Sainte Alix, Saint Lambert, Vittel, Carola, Aquarel et Nestlé Pure Life.

Une pub pour le fleuron de la marque, Nestlé Pure Life, ici au Pakistan...

La stratégie du chasseur d’or bleu Nestlé :

Exemple de la méthode Nestlé : aux Etats-Unis, c’est avec Poland Spring que Nestlé inonde le marché. Dans le Maine, sur les exploitations privées exploitées par la firme, 10 $ sont versés aux propriétaires pour 30 000 litres d’eau pompées. Quand la bouteille de 50cl peut être vendue jusqu’à 2 $ au consommateur, pas étonnant avec de telles méthodes que les résultats financiers de l’entreprise de Vevey soient en hausse constante… 7,2 milliards d’euros en 2010 seulement pour la filière Nestlé Waters.
Ainsi, ce documentaire permettra d’y voir plus clair sur les méthodes aggressives de Nestlé pour s’approprier le monopole du commerce de l’eau à l’échelle planétaire. Tout part de cette question : à qui appartient l’eau ? Nestlé profite du vide juridique entourant cette interrogation, arguant que l’eau est un bien consommable comme un autre, et donc commercialisable.
Aux Etats-Unis toujours, la stratégie marketing de Nestlé consiste à décrédibiliser l’eau du robinet pour placer ses produits, qui peuvent être livrés à domicile, plus écologiques (malgré l’acheminement, entre autres), et plus surs pour la santé (à condition d’en boire beaucoup, bien sur).
Le problème tient bien à la méthode, Nestlé débourse des sommes considérables pour exploiter son filon : acheter des terrains ou payer les propriétaires pour pouvoir installer ses infrastructures de pompage. Exemples on ne peut plus marquant au Pakistan, près de Lahore où l’entreprise a installé une usine Pure Life et fait baisser le niveau d’une nappe phréatique locale de 90 mètres en dix ans, exportant ses produits jusqu’en Afghanistan alors que les populations locales n’y ont pas accès. Dans les pays du Tiers-Monde, Nestlé est présent également, exploitant l’eau des nappes phréatiques pour en faire un commerce juteux, destiné uniquement aux classes aisées…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire