Description une phrase- Pouruoi - Comment - Lien MON vdixime

Partager le changement... Vers de nouvelles pistes ... Vers une nouvelle vie ...

Trouver la voie c'est rechercher sans cesse ... et savoir qu'elle se présente sans aucun doute quand nous sommes prêts

Dernière mise à jour : 24/07/2016 ... Mais je continue de veiller. Aussi longtemps que vous aurez de l'Amour dans votre coeur, vous gagnerez toutes les batailles - Desideratum sur facebook continue de vivre au quotidien pour les extras

samedi 22 novembre 2014

Borderline, tous concernés !

Borderline, un trouble, un espoir

Une personne sur 4 souffre d'un trouble mental à un moment de sa vie.  Environ 450 millions de personnes souffrent actuellement de troubles mentaux et 2% (sous-estimé) de la population. Des expériences traumatiques ont été reportées par 70.7% des sujets borderline. La majeure partie de ces personnes n'a pas été diagnostiquée et beaucoup ignorent l'existence de la maladie. Nous sommes tous concernés...




 Ce n'est pas de gaité de coeur que j'aborde le sujet



La drogue, l'alcool, l'hyper-impulsivité, la délinquance, la violence, le suicide. Chez les jeunes ces comportements sont dits borderline et ils en sont bien la conséquence.

Je suis toujours en train de crier qu'une société sans prévention et sans accompagnement ne peut pas fonctionner que sur la seule répression.

Peut être parce que le trouble est méconnu, il n'est malheureusement pas pris en compte, et c'est très, très regrettable pour ces personnes (que nous sommes tous) et pour le fonctionnement d'une société véritablement équitable et fondamentalement humaine.

De très nombreuses études ont été faites sur le trouble borderline, prouvant par la même qu'il "existe vraiment"(pubmed.com, base de données sur 20 ans des publications médicales, mot "bpd", résultat 5122 publications, mots "borderline disorder", résultat 3605 publications - 2OO3) 

Il y a plusieurs façons de lire les chiffres : 

- "Les borderline sont des alcooliques, des drogués, des violents, etc" (bref une façon somme toute assez stupide, n'ayons pas peur des mots) 

-  "Les personnes souffrant d'un trouble borderline usent de tous les moyens possibles pour échapper à leur propre souffrance, à leurs émotions qu'elles ne maitrisent ou ne comprennent pas." 

Ces comportements doivent être vu comme une auto-défense, comme une façon d'apaiser leur souffrance, comme un signe d'alerte pour l'entourage et non comme une façon de les stigmatiser". 

Gardons de plus en tête que chaque personne est unique !


 Je suis quoi ? Je suis borderline !


C'est une maladie psychique difficile à connaître car méconnue. Ce n'est pas un trouble de la personnalité. Ce n'est pas une schizophrénie. C'est une perturabtion marquée du rapport à soi et aux autres.

Les personnes souffrant du trouble de la personnalité borderline éprouvent des états émotionnels intenses, survenant brusquement et souvent difficilement contrôlables. Il peut s’agir de sentiments violents de désespoir, de solitude, d’irritation ou d’anxiété.

Les proches n’échappent pas à la dynamique provoquée par le trouble de la personnalité borderline. Tout comme les personnes concernées, ils éprouvent également des sentiments d’attachement, d’affection, de dépendance, de colère, de haine ou de déception très intenses.


 Comment établir une bonne relation avec la personne souffrante ?


La meilleure réponse à la maladie consiste à se comporter en faisant preuve de compréhension et en établissant des limites claires. 

Car les personnes concernées par le trouble de la personnalité borderline ont beau être les premières à souffrir de leur comportement, elles n’arrivent souvent pas à le contrôler en situation de crise.

Etablir des limites claires est donc important pour se protéger et protéger la personne contre des comportements dommageables.



 Et moi, je fais comment ?


Il existe de plus en plus de groupes hospitaliers ou ambulatoires pour les personnes concernées par le trouble de la personnalité borderline. Votre médecin, votre psychologue ou l’hôpital proche de votre domicile doit vous renseigner.

A ce jour , seules les méthodes suivantes ont été évaluées et validées Grade A ou B:
(A=efficacité prouvée, B=présomption d'efficacité)  par  l'association américaine de psychiatrie APA, UK Department of Health et par l'expertise INSERM sur les psychothérapies "Psychothérapie, trois approches évaluées" :
  
TCC: Thérapie cognitive et comportementale Grade A dont TCD: Thérapie comportementale dialectique de Linehan et Thérapie psychoanalytique breve Grade A dont TFT: Transference focused therapy de Kernberg


Aussi, l’hypnose peut être très utile en assistant une personne à parvenir à un état thérapeutique de relaxation.  

Ceci peut être d’une grande aide pour décroître l’inquiétude du patient et en permettant de parler de leurs expériences.  Je pense que c'est particulièrement vrai pour des personnes avec trouble dissociatif » (Paul Mason: Bpd sanctuary).

Il existe bien d'autres thérapies mais qui n'ont malheureusement pas été évaluées, la "PNL - programmation neurolinguistique ?", "Gestalt thérapie ou thérapie de la forme ?",  l"EMDR - Eye Movement Desensitization and Reprocessing - mouvements occulaires ?".

 

 L'Espoir


Vous n'êtes pas seul(e), vous êtes parmi beaucoup d'autres même si vous ne les voyez pas, ils souffrent avec vous et comme vous. 

Cela devrait vous dire qu'il y a de l'espoir. Il y a une lumière, même si celle-ci peut sembler faible, au fond de ce long tunnel dans lequel vous vous trouvez maintenant.
 
Il y a toujours une lumière pour vous. Il y a de l'amour dehors et la paix. Il y a la guérison.

Témoignage : 

 "Le rétablissement a plus à faire avec cela à mon avis. Personne ne m'a "guéri" Bien que j'ai travaiIlé avec des therapeutes etc.. c'était, au bout du compte, moi qui ait fini par me connaître, moi qui ai forgé une relation avec moi. C'était moi qui a pris le responsabilité personnelle (et continue) pour moi. C'est moi qui fait les pensées et les sentiments et ainsi de suite dans ma vie qui est maintenant "moyennement-normale" et plus borderline. Je me suis trouvé moi-même. 
J'ai appris à tout comprendre au sujet de mes choix passés et comment je suis responsable des choix que j'ai fait, que je fais et d'autres choix que je ferai à l'avenir.

Nul être humain ne peut dire s'il souffre plus ou moins qu'un autre et la Lumière qui existe pour tous est la même.

Sources :

Association AAPEL
Wikipedia
Andréas Knus, psychologue diplomée


2 commentaires:

  1. Un grand merci pour cet article!!! Je confirme l'énorme difficulté au quotidien, tant pour la personne souffrant de ce trouble que pour l'entourage! Il y a encore un travail considérable à faire en France pour faire connaitre le trouble de la personnalité borderline...

    RépondreSupprimer
  2. ...et que l'attitude de certains jeunes adultes soient bien effectivement considérée comme des troubles de la personnalité et non plus seulement catégorisée comme des déviances ... C'est vrai ici mais pour toutes choses également et c'est certainement ce que devrait être une société plus humaine...
    Merci à toi Synna.

    RépondreSupprimer