Description une phrase- Pouruoi - Comment - Lien MON vdixime

Partager le changement... Vers de nouvelles pistes ... Vers une nouvelle vie ...

Trouver la voie c'est rechercher sans cesse ... et savoir qu'elle se présente sans aucun doute quand nous sommes prêts

Dernière mise à jour : 24/07/2016 ... Mais je continue de veiller. Aussi longtemps que vous aurez de l'Amour dans votre coeur, vous gagnerez toutes les batailles - Desideratum sur facebook continue de vivre au quotidien pour les extras

dimanche 22 février 2015

Société: le terrorisme pour les nuls

Le terrorisme pour les nuls d'Alain Bauer et Christophe Soulez

(ndlr) - Une série de textes qui prévoient et répriment des infractions en relation avec des ententes ou des groupements de délinquances organisées. Voila ce qui est prévu dans le droit et fait force de définition. Mais plus qu'une organisation parfaitement structurée comme sur un modèle étatique, personne n'est en mesure de comprendre précisément tout ce qui fait les rouages et les ententes exacts de l'ensemble de ces mouvements de révoltes ou de revendications. D'où la difficulté à lutter contre. Les Etats africains n'en ont pas les moyens (ou ne le veulent pas comme le Nigeria) tandis que nos sociétés occidentales empreintes de ménager leurs intérêts ne savent pas .....


 
  .... par quel côté enrayer le phénomène. Dire que le terrorisme est le problème majeur de nos sociétés est faux. D'ailleurs les différentes et extrêmement nombreuses mesures prises n'ont pas réussi à l'enrayer. Le terrorisme est AVANT TOUT un phénomène sociétal et une manifestation violente de la radicalisation d'une partie des membres de la société et des jeunes notamment. J'en reviens à dire qu'il faut lutter avec les meilleurs armes que nous ayons en prenant le problème à sa base et en faisant l'éducation humaniste de ce que nous sommes vraiment, des esprits ayant emprunté un corps pour apprendre à aimer et à vivre en fraternité....Et à cela nous pouvons tous y contribuer sans nul besoin de communautarisme... Quel qu'il soit...
 
Le point de vue de Pascal Boniface
 
Contrairement à ce que le titre de la collection peut laisser penser, Le terrorisme pour les nuls d’Alain Bauer et Christophe Soulez (ed. First, 2014) est un livre sérieux et documenté, véritable petite encyclopédie – mais plaisante à lire – sur le terrorisme.

Pourquoi n’y a-t-il toujours pas d’accord sur la définition du terrorisme ?

En réalité, on est toujours le terroriste ou le résistant de son adversaire ou de son ennemi. La définition fait donc l’objet, y compris en France, de nombreuses circonvolutions et d’une absence totale de consensus international. La position française est assez pragmatique et large : « Constituent des actes de terrorisme, lorsqu'elles sont intentionnellement en relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur, les infractions suivantes :
 
1° Les atteintes volontaires à la vie, les atteintes volontaires à l'intégrité de la personne, l'enlèvement et la séquestration ainsi que le détournement d'aéronef, de navire ou de tout autre moyen de transport, définis par le livre II du présent code ;
 
2° Les vols, les extorsions, les destructions, dégradations et détériorations, ainsi que les infractions en matière informatique définis par le livre III du présent code ;
 
3° Les infractions en matière de groupes de combat et de mouvements dissous définies par les articles 431-13 à 431-17 et les infractions définies par les articles 434-6 et 441-2 à 441-5 ;
 
4° Les infractions en matière d'armes, de produits explosifs ou de matières nucléaires définies par le I de l'article L. 1333-9, les articles L. 1333-11 et L. 1333-13-2, le II des articles L. 1333-13-3 et L. 1333-13-4, les articles L. 1333-13-6, L. 2339-2, L. 2339-5, L. 2339-8 et L. 2339-9 à l'exception des armes de la 6e catégorie, L. 2339-14, L. 2339-16, L. 2341-1, L. 2341-4, L. 2341-5, L. 2342-57 à L. 2342-62, L. 2353-4, le 1° de l'article L. 2353-5 et l'article L. 2353-13 du code de la défense ;
 
5° Le recel du produit de l'une des infractions prévues aux 1° à 4° ci-dessus ;
 
6° Les infractions de blanchiment prévues au chapitre IV du titre II du livre III du présent code ;
 
7° Les délits d'initié prévus à l'article L. 465-1 du code monétaire et financier.
Dès lors, on pourrait poursuivre sur ces motifs une large partie des conflits durs du travail (séquestration de dirigeants, menaces de versements de produits toxiques, incendies volontaires, sabotages…). Seul le discernement permet de ne pas aller trop loin. Mais d’autres pays n’ont pas ces pudeurs….

Vous évoquez des notions nouvelles de « gangsterrorisme » et « lumpen-terrorisme ». Que recouvrent-elles ?
 
On est passé, depuis la chute du mur de Berlin en 1989, d’un terrorisme d’Etat ou contrôle par des Etats (essentiellement l’URSS et les Etats-Unis) à une forme beaucoup plus décentralisée (ce qu’on croit devoir appeler Al-Qaïda). En même temps, apparaissent des guérillas dégénérées (les FARC en sont l’exemple le plus emblématiques qui passent de la lutte politique armée avec impôt révolutionnaire à la criminalité sous couvert d’action politique). 
 
Puis, commencent à apparaître avec Khaled Khelkhal ou le Groupe Dumont à Roubaix, des individus ayant plus classiquement une culture criminelle se drapant dans l’action terroriste. Mohammed Merah en est l’une des expressions. On assiste donc à une très importante mutation des acteurs du terrorisme, cultivant des engagements variés à la fois gangsterroristes (acteurs politiques dévoyés ou criminels déguisés) et lumpenterroristes (au sens défini par Karl Marx pour le lumpenprolétariat).

Vous avez des réticences sur le concept de « loup solitaire », pourquoi ?
 
Il y en a. Mais les règles de définitions (américaines ou ethnologiques) désignent un animal seul, exclu de la meute, et décidant par lui-même. La plupart des loups solitaires médiatiquement désignés ne le sont pas. Un envoyé spécial d’un média n’est pas un « journaliste solitaire ». Il est simplement éloigné de sa rédaction.
 
A part Theodore Kaczinsky (Unabomber), Anton Breivik ou Abdelhakim Dekhar, tous ceux qui on été présentés comme tels (y compris les frères Tsernaev de Boston, étranges loups solitaires en duo) étaient simplement en mission après une formation et en entraînement à l’action. A défaut de servir à définir des acteurs du terrorisme, le « loup solidaire » sert le plus souvent à excuser la défaillance des Etats. Il faut noter à cet égard les efforts des derniers ministres de l’Intérieur pour éviter la facilité.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire