Description une phrase- Pouruoi - Comment - Lien MON vdixime

Partager le changement... Vers de nouvelles pistes ... Vers une nouvelle vie ...

Trouver la voie c'est rechercher sans cesse ... et savoir qu'elle se présente sans aucun doute quand nous sommes prêts

Dernière mise à jour : 24/07/2016 ... Mais je continue de veiller. Aussi longtemps que vous aurez de l'Amour dans votre coeur, vous gagnerez toutes les batailles - Desideratum sur facebook continue de vivre au quotidien pour les extras

vendredi 14 novembre 2014

Des archéologues révèlent la présence d'objets technologiques disparus

que-restera-t-il-de-notre-civilisation

Archéologie fiction ?

Des archéologues du 5ième millénaire découvrent des objets de notre époque et tentent de comprendre notre quotidien. Une exposition au Centre d'éducation au patrimoine propose de réfléchir sur ce qui restera de notre civilisation. Une expérience archéologique unique....




L'exposition Futur antérieur dévoile des objets familiers du 21e siècle, transformés en reliques archéologiques, et dévoilés par des archéologues de l’an 4000. A la lumière de savantes hypothèses, les nombreuses pièces exposées au sein de l'Ospitalea de Irissarry révèlent la vie quotidienne des populations d'autrefois, au sein d’une civilisation depuis longtemps disparue : la nôtre ! 

Notre civilisation disparaitra-t-elle comme beaucoup de celles qui l'ont précédée ? Et si oui, qu'en restera dans plusieurs millénaires ? Que restera-t-il de nous dans 2000 ans ? Que comprendront les archéologues de notre société et de notre mode de vie ?
 

Réunissant pour la première fois de précieux futurs anciens vestiges, l'exposition fait le point sur les temps « antiques » d'aujourd'hui. Bien sûr, on ignore ce que l'avenir nous réserve. Cataclysmes écologiques, conflits planétaires, vitrification nucléaire ? Soyons résolument (très) optimistes et postulons que, dans vingt siècles, il y aura encore des archéologues et des musées. Qu'y montrera-t-on de notre époque ? On suppose généralement que notre monde saturé d'images et d'informations écrites laissera aux historiens de l'avenir d'innombrables documents, témoins exhaustifs et détaillés de notre civilisation. Rien n'est moins sûr ! 

 Depuis plus d'un siècle, la composition chimique du papier le condamne à une destruction relativement rapide. Les bandes magnétiques sont très fragiles, tout comme les supports numériques. Il y a très peu de chances qu'un CD-rom enfoui durant 2000 ans demeure lisible...
Par ailleurs, l'évolution accélérée des techniques entraîne des pertes gigantesques. Bien sûr, bibliothécaires et archivistes s'évertuent à transférer, recopier et stocker, mais d'ici 2000 ans, combien de ruptures politiques, de conflits, de sinistres et autres aléas viendront-ils ruiner leurs efforts ?


Les Romains avaient eux aussi leurs bibliothèques, emplies de parchemins au demeurant bien plus résistants que nos supports ; il n'en est rien resté. En outre, on n'archive qu'un infime échantillon de toute l'information qui circule : notes, agendas, courrier (électronique ou non), publicités et autres précieux témoins de notre quotidien sont éphémères. Seuls subsisteront les textes en relief sur verre, céramique, métal ou pierre. 



L'avenir appartient donc aux archéologues, qui toutefois n'auront pas la tâche facile. Rares sont en effet les objets modernes qui se sédimentent dans le terrain, suite à l'évacuation et au recyclage des déchets.


Ensuite, quantité d'entre eux sont en matières synthétiques qui, pour la plupart, ne se conserveront pas deux millénaires. Enfin, le rythme effréné des constructions, s'il se poursuit, détruira au fur et à mesure les aménagements antérieurs. Ajoutons que contrairement aux nécropoles antiques, nos cimetières sont régulièrement vidés de leurs occupants pour faire place aux suivants.


A l'archéologue du futur, la découverte d'une décharge municipale procurera sans doute un bonheur sans égal. Hormis ce genre d'événement scientifique inespéré, la recherche devra, comme aujourd'hui, se fonder sur des bribes éparses, conservées par miracle et trouvées par hasard. Et qu'il s'agira ensuite d'interpréter, non sans mal…

Pour un savoir plus :

On peut regarder aussi le documentaire sur You Tube : 
Population zero : un monde sans homme 

Paru àl'origine sous le titre aftermath (Réalisation : Stephen Milton - 2008, le réalisateur du film From Hell), ce documentaire nous renseigne sur ce que  deviendrait la planète si l'homme disparaissait subitement ?
J'ai aimé cette fiction qui m'apparait  intéréssante du point de vue nous montrer la formidable force d'inertie, de construction et de réparation dont  la nature est capable de faire preuve.




Publié par Dajaltosa - Source : Aquitaineonline.com


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire