Description une phrase- Pouruoi - Comment - Lien MON vdixime

Partager le changement... Vers de nouvelles pistes ... Vers une nouvelle vie ...

Trouver la voie c'est rechercher sans cesse ... et savoir qu'elle se présente sans aucun doute quand nous sommes prêts

Dernière mise à jour : 07/11/2017 ... Mais je continue de veiller. Aussi longtemps que vous aurez de l'Amour dans votre coeur, vous gagnerez toutes les batailles - Desideratum sur facebook continue de vivre au quotidien pour les extras

samedi 20 décembre 2014

Ce monde est mon monde

Ce monde est mon monde, il me va et c'est le mieux.

Gandhi le disait : il existe un lien mystérieux entre le travail sur soi et le changement social, entre l’intériorité et l’extériorité. Peut-être en effet devrions nous comprendre que notre méditation fait partie intégrante de notre responsabilité citoyenne. N'oublions pas non plus quelle est la vraie nature de l'Univers où tout est quantique, que sous les changements imperceptibles de notre être, ceux dont nous sommes conscients, se situent d'autres changements plus subtils...



Le monde est comme il est. Le seul et unique endroit de ce monde que je peux changer, que je peux nettoyer, que je peux améliorer, est seulement celui qui se trouve à l'intérieur de mon être.

Le monde est comme il est, et cela me va. Essayer de changer en agissant vers l'extérieur ne fonctionne pas. Les seuls changements les plus profonds que nous pouvons générer sur la collectivité surviennent seulement quand nous nous positionnons dans ce que nous pourrions appeler "la meilleure version de nous-mêmes". C'est depuis ce scénario seulement que nous pourrons commencer à agir, dans n'importe quel domaine de la vie.

Nous pouvons atteindre cette "meilleure version de nous-même" quand nous nous approchons de l'authenticité, c'est à dire quand nous sommes réellement ce "qui nous sommes".

Cela s'obtient avec l'auto-observation, la traque intérieure menée avec attention pour voir d'où  surgissent nos idées et nos habitudes, nos réflexes conditionnés  et nos modèles, et pouvoir ainsi continuer d'avancer en nous débarrassant de tout ce qui est obsolète en nous, et alors continuer d'agir avec davantage de légereté.

Le monde est ce qu'il est. Le seul espace de ce monde que je peux changer ou nettoyer et améliorer est seulement celui que j'habite et où je réside. Reste mon espérance,  l'espérance, grâce à laquelle les autres peuvent s'inspirer (ou parvenir à nous inspirer) et voir que ce changement est possible.

Au niveau suivant, le niveau collectif, ce changement personnel peut s'amplifier quand les volontés individuelles s'alignent en quête d'objectifs s'appuyant sur l'idée et la volonté mises en commun d'être chaque jour un peu plus authentiques.

Il n'existe probablement pas d'évolution personnelle sans l'ouverture à l'idée que nous avons tous une responsabilité quant à tous les autres.

Accepter que nous pouvons changer certaines choses, et en comprendre le rouage, fait partie de cette auto-connaissance de notre être et c'est se savoir partie d'un courant qui nous porte, nous emporte et nous dirige, quand bien même nous ne connaissons rien de notre destination.

Accepter que nous pouvons changer certaines choses, c'est accepter que nous ne comprendrons pas tout, mais aussi, que si pour autant nous pouvons continuer de nous développer en nous ouvrant à cette conscience et à n'importe quelle autre action ou n'importe quel autre objectif, individuel ou collectif, qui prend naissance dans un profond sentiment d'être toujours plus authentique, savoir que le monde ne pourra que s'embellir !





Trouver les dimensions cachées en soi-même est le seul moyen d'apaiser sa faim la plus profonde
Deepak Chopra

Publié par Dajaltosa

2 commentaires:

  1. Abreuvés par des plaisirs immédiatement consommables et facilement accessibles, nous cherchons à nous épanouir en cherchant à l'extérieur alors que c'est à l'intérieur de soi que se trouve l'épanouissement. Ensuite seulement nous pouvons nous ouvrir en toute conscience, empathie aux autres et devenir acteur du monde qui nous entoure. Non plus acteurs consommateurs, mais acteurs bâtisseurs.

    RépondreSupprimer
  2. Et la place à la création est bien grande !

    RépondreSupprimer