Description une phrase- Pouruoi - Comment - Lien MON vdixime

Partager le changement... Vers de nouvelles pistes ... Vers une nouvelle vie ...

Trouver la voie c'est rechercher sans cesse ... et savoir qu'elle se présente sans aucun doute quand nous sommes prêts

Dernière mise à jour : 07/11/2017 ... Mais je continue de veiller. Aussi longtemps que vous aurez de l'Amour dans votre coeur, vous gagnerez toutes les batailles - Desideratum sur facebook continue de vivre au quotidien pour les extras

jeudi 12 mars 2015

Activation sismique et volcanique imminente pour toute la semaine prochaine

Activation solaire, activation sismique et planète X

Possible activation sismique et volcanique  pendant la semaine prochaine et les suivantes... PRENDRE en compte que le 20 MARS PROCHAIN  se produit une ECLIPSE SOLAIRE avec une nouvelle lune et que le 04 avril prochain verra poindre la troisième "LUNE ROUGE" (évènement exceptionnel qui survient approximativement tous les 500 ans) d'une tétrade qui avait commencé le 15 avril 2014 et se terminera à l'automne 2015. Nous sommes à des dates et à des périodes astronomiques importantes pour lesquelles il est bon de connaître les rouages et leurs influences sur la planète ..... Ne reste qu'à en surveiller les signes.....




Explosions solaires et tremblements de terre : Les causes invisibles des catastrophes


Peu à peu la science est venue révéler la relation cachée entre l'activité solaire et les mouvements des plaques tectoniques.
La terre tremble quotidiennement. La terre a toujours tremblé, et partout dans le monde,  la Terre tremble chaque jour et plusieurs fois par jour. Les sismographes détectent entre 18 000 et 24 000 tremblements de terre par année  (50-65 par jour).

Cependant l'activité sismique augmente et les scientifiques prédisent qu'au cours des 30 prochaines années les tremblements de terre à une intensité de 8 seront beaucoup plus nombreux. Les conséquences de ces phénomènes sont de plus en plus dévastatrices, entre autres raisons parce que la densité des populations a augmenté dans les zones à haut risque.

Le globe est composée de couches concentriques. La plus superficielle est la croûte dont l'épaisseur est d'environ 30 km sur les continents et 15 km dans les océans. La limite entre la croûte terrestre et le manteau est connue comme la comme discontinuité de Mohorovic. Le manteau supérieur s'étend ensuite jusqu'à une profondeur de 2900 km. La coque extérieure de la Terre se comporte comme un corps rigide. Cette partie a une épaisseur d'environ 100 km qui forme la lithosphère, se compose de la croûte et d'une partie du manteau flottant au-dessus du reste du manteau. Le comportement du manteau, à partir d'un point de vue géologique, est similaire à celui d'un liquide.
Le revêtement solide n'est pas continu, mais morcelé en plaques. Ces plaques sont en contact les unes avec les autres et se déplacent avec des mouvements relatifs. Parfois les bords de plaques restent  parallèles  et parfois ils plongent les uns sous les autres, ce qui constitue une subduction.
Les causes de ces mouvements de plaques tectoniques ne sont pas totalement connues tandis que de nouveaux courants de pensées scientifiques ont trouvé un lien entre les tempêtes solaires et leur impact magnétique sur le noyau de la Terre (composé de fer) qui, lorsqu'il est ébranlé par le choc magnétique du rayonnement solaire (ou à plus forte raison d'une tempête) fait se déplacer le magma de la Terre comme une marée faisant vibrer les plaques.
Le mouvement d'une plaque sur l'autre n'est pas continue et c'est leur friction qui provoque les discontinuités de déplacement. Cet effort s' accumule pour atteindre une pression de plus en plus forte entre le niveau des plaques, ce qui entraîne alors un glissement de terrain soudain et  génère des ondes ou des vibrations  sismiques. Ce sont ces ondes ou ces vibrations qui constituent les tremblements de terre.


Influence solaire sur les régions sismiques terrestres


Il est dès à présent démontré que la lithosphère présente des symptômes classiques d'instabilité avant l'approche d'une catastrophe sismique. Le comportement sismique observé à l'échelle mondiale implique un état de criticité de la lithosphère de la terre dans la dernière décennie.
Si nous regardons en arrière les statistiques, on peut trouver à première vue une différence notable des tremblements de terre entre ceux  qui se produisent pendant les années de faible activité solaire ou au contraire en période de pic solaire. Par exemple, au cours de la fin de cycle solaire 22 et le commencement du cycle 23 l'activité solaire le nombre de tremblements de terre a augmenté à la mesure de l'augmentation de l'activité solaire  passant de 107 498 (cycle 22) à 138 926  (cycle 23),  exactement 29,24% de plus.
Nous pouvons voir assez clairement que l'activité solaire influe de façon notoire sur l'activité sismique de la Terre et nous verrons qu'il existe une corrélation significative entre l'activité sismique du soleil sur Terre.
Les séismes et les éruptions solaires sont des phénomènes qui impliquent des émissions d'énergie massive et à action rapide, caractérisées par un événement temporel complexe, l'éruption solaire.
En analysant les données des catalogues expérimentaux disponibles, il apparaît que les processus stochastiques (qui relèvent du hasard et fond l'objet de statistiques) sous-tendent ces divers phénomènes qui ont alors en apparence des caractéristiques universelles.
Les deux phénomènes présentent les mêmes distributions de taille, de temps inter-événementiel, et de regroupement dans le temps. L'universalité observé suggère une approche commune à l'interprétation de ces phénomènes en termes de mécanismes associés.
Les éruptions solaires sont des explosions de haute énergie de régions actives sur le soleil qui se manifestent sous la forme de flux de rayonnement électromagnétique des particules et de flux de plasma bouclés émis par de  puissants champs magnétiques.
Des études récentes ont montré que les éruptions solaires affectent également l'intérieur du soleil, générant des séismes similaires à ceux des ondes sismiques terrestres. Les éruptions se produisent dans les régions solaires actives où le flux magnétique émergeant de l'intérieur du Soleil interagit avec le champ magnétique ambiant. Ces haute émission de flux de plasma projettent également des particules chargées qui sont transférées au vent solaire.
Le mouvement de l'écoulement du plasma est le vent solaire ont une interdépendance chaotique et sont de nature intermittente.
Ce processus de transfert d'énergie entre le plasma magnétisé et le vent solaire reste un paradoxe complexe, mais les simulations menées à cette fin d'analyse, permettent de mieux comprendre l'ionisation de ces vents.

Tempête solaire

Il est généralement admis qu'il existe deux catégories de base de couplage entre les parties intérieure et extérieure du système dynamique vent-magnétosphère-ionosphère-Soleil. On inclut de interactions de type visqueux entre le vent solaire et la magnétosphère, qui impliquent à leur tour un transfert de l'élan, une sorte de viscosité générée par micro ou macro instabilités (Axford et Hines, 1961). L'autre interaction  est la reconnexion magnétique, proposée par Dungey en 1961.
Les processus de type plasma visqueux transmis par le vent solaire soumet les plaques tectoniques  à de fortes compressions et à des degrés divers selon la densité et la température de la magnétosphère, et provoque ainsi des tensions qui sont à ajouter à la dynamique de la tectonique des plaques. Ces effets sur la lithosphère sont d'intensité variable en fonction de la position de la Terre en orbite autour du soleil.

À la réception de ces brusques changements de pression, les couches de la croûte de la terre se comportent comme un trampoline flottant sur le manteau liquide et, comme une balle, la région de notre planète qui reçoit cet effondrement de pression supplémentaire, elle réagit souplement par une élévation des autres plaques adjacentes par un jeu de transfert d'énergie.
Si l'une de ces zones sismiques est surmenée, ce mouvement se traduira dans un court terme de haute magnitude de sismicité.
Dans la deuxième catégorie de couplage, le mécanisme de "reconnexion magnétique" se met en place pour conserver les lignes du champ magnétique interplanétaire avec le champ magnétique de la Terre formant ainsi une structure unique et une configuration topologique des champs magnétiques créent un état d'échange d'énergie appelée magnétosphère "ouverte".
Ce processus est un mécanisme primaire de l'entrée de l'énergie du vent solaire vers la magnétosphère et l'ionosphère. Le reconection magnétique impulse les flux de plasma à travers les lignes de champ ouvertes dans les calottes polaires et les lobes de la magnétosphère dans  la région de la queue de la magnétosphère.
Dans les deux procédés les cycles sont complétés par des convections dirigées de l'extérieur de l'atmosphère vers l'intérieur de la magnétosphère, convertissant ainsi  la Terre  comme un émetteur d'impulsions, UN PULSAR,  dans lequel la surface agit comme photosphère solaire sensible en reflétant ces pulsations qui mènent à la création de nouvelles pistes dans la compréhension du fonctionnement du couplage photosphère-redémarrage du cycle de l'activité solaire puis à nouveau - ionosphère - magnétosphère - activité sismique - magnétosphère - ionosphère - activité solaire.

Aurore solaire


Le déséquilibre géomagnétique produit par le soleil génère des courants de convection qui ionisent l'atmosphère provoquant l'électricité statique qui modifie le comportement des nuages ​​dans les couches supérieures de l'atmosphère.
Simultanément, un phénomène d'inversion de température se produit dans les zones où l'ionosphère est plus dense et déclenche un mouvement des plaques tectoniques faible intensité dans l'hémisphère nord, mais significativement plus élevée dans l'hémisphère sud et équatorial.
Le vent solaire, la magnétosphère et l'ionosphère constituent ensemble un système dynamique très complexe, dans lequel toute modification apportée à l'un ou l'autre de ces médias affecte un degré ou un autre. C'est parce qu'il y a un échange continu d'énergie qu'il existe un élan sur les divers mécanismes physiques.
Ceux-ci comprennent des interactions du niveau de champ électromagnétique ou/et des changements dans la topologie des lignes de champ magnétique et ils déterminent le transfert d'énergie entre le champ magnétique interplanétaire et la magnétopause de la Terre.  Ces phénomènes thermodynamiques  tels que les changements de pression et de température induits par les variations de pression dynamique du vent solaire sont connus sous le nom d'interactions de type visqueux.
La magnétosphère de la Terre
Dans les cycles de faible activité tel qu'actuellement, notre protectrice naturelle, l'héliosphère, est affaiblie et les rayons cosmiques sont alors plus en mesure d'atteindre le système solaire interne et, bien sûr, la terre.
Ces rayons sont composés de particules subatomiques, principalement des protons, mais aussi de quelques noyaux lourds - accélérés à une vitesse proche de celle de la lumière en raison aussi des énergies des explosions de supernovae ou d'astres plus lointains. Les rayons cosmiques provoquent des "douches d'air" des particules secondaires, qui quand elles frappent l'atmosphère terrestre affectent sa couche la plus sensible et rend ainsi l'ionosphère encore plus sensibles à l'action directe des émissions solaires.

Mais, à quoi bon peut on se dire avoir une preuve suffisante de cette forte relation entre l'activité solaire et le système géologique terrestre ? Peut-on prévenir les tremblements de terre ?
Jusqu'à présent, la science orthodoxe n'a pas de méthode de prévision des tremblements de terre. Par exemple, la géologue María José Jurado est catégorique: "C'est impossible et il serait ridicule d'y prétendre. La terre tremble chaque jour. C'est sa dynamique normale, et tout ce que vous avez à faire est vous y  préparer et de vous protéger ».
C'est très vrai, dans un certain sens, mais dans un autre aussi nous avons aussi maintenant  à disposition des études scientifiques suffisantes et des systèmes technologiques qui pourraient aider les gouvernements dans la prévention des tremblements de terre.


(Ndlr) Regardons plus avant :

FOCUS SUR L'EXPLOSION SOLAIRE  CLASSE 2.2 DU 11-03-2015 - 16 H 22 UTC



Toute la semaine écoulée le groupement de taches solaires désigné AR2297 crépité.

Hier, une très grande explosion s'est produite. Le 11 Mars à 16h22 TU (09h22 GMT), les satellites en orbite autour de la Terre ont détecté une explosion de X2-classe. La zone de l'explosion était plus grande que le diamètre de la Terre.
 



L'extrême rayonnement ultraviolet de l'explosion a ionisé les couches supérieures de l'atmosphère terrestre provoquant des pannes de radio HF et d'autres effets de propagation sur le côté éclairé de notre planète, en particulier sur les Amériques.



 Au Nouveau-Mexique, l'astronome et radio amateur Thomas Ashcraft était en train d'observer le soleil au moyen d'un spectrographe à large bande lorsque l'explosion s'est produite. La panne de radio était évident et elle est survenue dans les fréquences comprises entre 15 MHz et 26 MHz.

 Second temps, une éjection de masse coronale (CME) a été propulsée dans l'espace par l'explosion. Cependant, nous ne savons pas encore si elle va frapper la Terre. Une trajectoire oblique est toujours possible prévisiblement le 13 ou le 14 mars. Confirmation attendue en raison de l'arrivée tardive des données du coronographe SOHO. Néanmoins la dernière prévision ne semble mentionner aucun impact à attendre.



Pour revenir à notre sujet :

Observons maintenant sur le site de l'ESMC les mouvements sismiques supérieurs à une échelle de 4 dans la période considérée.
On remarque 2 mouvements sismiques totalement inclus dans la zone de choc électromagnétique dans les deux heures de son impact avec la Terre :

 
 Et si l'on se réfère au second phénomène de couplage désigné dans l'article ci-dessus, le mécanisme de "reconnexion magnétique, nous retrouvons bien une incidence correspondante avec cet évènement.
 


Bien sur comme nous le voyons sur la carte 11 autres phénomènes ont été  observés sur la même période sans lien apparent ceci venant effectivement et aussi, évidemment, renforcer le caractère aléatoire des phénomènes sismiques.

Pour autant si l'on se réfère cette fois aux précisions complémentaires de l'article, "à la réception de ces brusques changements de pression, les couches de la croûte de la terre se comportent comme un trampoline flottant sur le manteau liquide et, comme une balle, la région de notre planète qui reçoit cet effondrement de pression supplémentaire, on voit que la croûte réagit bien conformément à l'analyse, en souplesse par une élévation des autres plaques adjacentes par un jeu de transfert d'énergie.

Ici nous avons 8 autres séismes significatifs tous situés sur le pourtour Est de la ceinture de feu, plaque effectivement bien adjacente.

Et si l'on se réfère à la carte de l'ensemble des séismes magnitude supérieure à 4 sur le cours de la semaine écoulée (sans activité solaire notable) on remarque que la période examinée correspond bien à un pic de forte sismicité (en rouge) (exception faite d'un seul évènement M 6.2 Northern Colombia survenu la veille) 




En conclusion, même si je ne rejoins par ailleurs par encore totalement la preuve de l'existence d'une hypothétique planète X  comme l'indique Rorschach sur son site (par exemple son article Appel aux pirates de la complosphère), je ne suis pas très loin de relier ses extrapolations sur la probabilité d'un séisme imminent de forte magnitude susceptible d'intervenir en raison des alignements qu'il en a déduit. N'hésitez franchement pas à le lire c'est particulièrement intéressant....

Affaire à suivre ....


Publié et traduit par Dajaltosa - Sources: Alerta Mundo - Spaceweather.com - Solarham - Emsc


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire