Description une phrase- Pouruoi - Comment - Lien MON vdixime

Partager le changement... Vers de nouvelles pistes ... Vers une nouvelle vie ...

Trouver la voie c'est rechercher sans cesse ... et savoir qu'elle se présente sans aucun doute quand nous sommes prêts

Dernière mise à jour : 07/11/2017 ... Mais je continue de veiller. Aussi longtemps que vous aurez de l'Amour dans votre coeur, vous gagnerez toutes les batailles - Desideratum sur facebook continue de vivre au quotidien pour les extras

samedi 21 mars 2015

Mexicoleaks, une plateforme de dénonciation dans l'un des pays les plus dangereux au monde

Le 10 mars 2015 était lancée l'initiative Mexicoleaks dans l'un des pays les plus dangereux au monde. Initiative sans précédent, Mexicoleaks est un simple site, dont le but avoué est de faciliter le travail des lanceurs d'alerte mexicains pour aider à lutter contre la corruption et construire un Mexique plus juste. A peine entré en service, Mexicoleaks s'est retrouvé pris dans la tourmente. Mais quelle meilleure publicité que celle de la décision du renvoi par MVS de la journaliste Carmen Aristegui ... Alors Mexicoleaks, c'est quoi finalement ? Un exemple à suivre ?


 L'annonce de l'exclusion de Carmen Aristegui de la chaîne de radio MVS a enflammé l'internet puis la population mexicaine. Les manifestations de soutien à la journaliste et en faveur de la liberté d'expression ne se sont pas faites attendre, dès ce lundi. Du grabuge médiatique généré, à l'origine, par les travaux de deux journalistes du groupe de recherche d'Aristegui et par leur appartenance au projet Mexicoleaks lancé le 10 mars dernier. C'est du moins cette dernière raison qui a poussé MVS à les renvoyer, déclenchant l'ire de l'une des plus grandes journalistes mexicaines, et d'une partie de la population derrière elle.

Et cela faisait d'ailleurs le tour des médias sociaux  à une vitesse fulgurante qui tend à démontrer l'adhésion sans faille des populations d'ailleurs toujours en attente de changements depuis des générations pour lutter contre une corruption qui fait partie du paysage et de la culture (c'est même un genre cinématographique...)




Dans l'un des pays le plus dangereux au monde pour les journalistes, un outil comme Mexicoleaks paraît pourtant des plus nécessaires. Selon Reporters Sans Frontières, le Mexique est 148e sur 180 pays en matière de respect des droits des journalistes et de l'information. Le Committee to Protect Journalists confirme quant à lui la mort de 73 d'entre eux depuis 1992, à cause de leur métier, tandis que beaucoup d'autres restent disparus. 

Mexicoleaks est donc une plate-forme indépendante qui, de ses propres mots, cherche à permettre la dénonciation citoyenne et la transparence. Le tout "au service de la société mexicaine pour révéler des informations d'intérêt public" et dans la sécurité de l'anonymat.


Des médias à l'origine

Dès le départ, Mexicoleaks se pose en nouvelle source d'information, à destination, en premier lieu, des quelques médias et organisations qui ont participé à sa création. Des premiers, on trouve Animal Político, site indépendant qui couvre notamment les sujets oubliés par les médias traditionnels, Emeequis, bihebdomadaire papier, Proceso, ou encore l'équipe d'investigation de Carmen Aristegui - celle-là même qui a désormais des relations tendues avec MVS-. Des organisations non gouvernementales se sont jointes à l'aventure pour apporter leur aide et leur expertise aux citoyens informateurs : Periodistas de a Pie se préoccupe des droits et des possibilités d'exercer le métier de journaliste, Poder cherche à éradiquer les pratiques illicites dans le milieu des entreprises, ou encore R3D, qui se dédie à la défense des droits de l'Homme en ligne.

 Un nouveau petit frère pour Wikileaks

L'inspiration Wikileaks tient plus que dans le nom : deux ONG néerlandaises ont aidé les journalistes à se former. Free Press Unlimited et l'association Whistleblower Press soutiennent les journalistes et ont participé à la création de plate-formes similaires à travers le monde, de l'Espagne au Bangladesh. Tout a donc été pensé pour permettre aux citoyens d'utiliser facilement Mexicoleaks et de rester en sécurité. Sur le site, on explique le fonctionnement de Tor, le réseau informatique qui garantit probablement le plus d'anonymat à ce jour, et on ne communique que par messages cryptés. "Beaucoup de sources ont peur des représailles, comme l'explique Homero Campa de Proceso. C'est pourquoi nous espérons que cet outil facilitera le journalisme indépendant, critique envers les institutions, et, de facto, le pouvoir". 

Quant au traitement des informations reçues, il est simple : en arrivant sur la plate-forme, les citoyens peuvent décider vers quelle organisation envoyer leurs documents ou choisir les huit. 

Si nécessaire, ces parties prenantes se mettront ensuite d'accord pour travailler ensemble ou séparément sur les sujets reçus.

Une initiative pour la démocratie, sans précédent au Mexique, et qui cherche avant tout à protéger l'identité de ses informateurs.

Sources : 

Mathilde Saliou (Lepetitjournal.com/mexico) Vendredi 20 mars 2015
Le site de Mexicoleaks, la page Facebook et le compte Twitter.

Pour en savoir plus on peut lire aussi ici l'article sur Carmen Aristegui, celle qui dénonçait la corruption.

Et pour le genre cinématographique (pour les hispanophones même si le schéma des histoires peut se permettre de se passer de la compréhension totale des dialogues) les trois grands classiques du genre qui ont inspiré les séries de télédiffusion...  

La ley de Herodes
(La loi d'Hérodes)
La pure vérité sur l'histoire du Mexique



Un mundo maravilloso
(Un monde merveilleux)




El infierno
(L'enfer)
Trailer




Publié par Dajaltosa

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire