Description une phrase- Pouruoi - Comment - Lien MON vdixime

Partager le changement... Vers de nouvelles pistes ... Vers une nouvelle vie ...

Trouver la voie c'est rechercher sans cesse ... et savoir qu'elle se présente sans aucun doute quand nous sommes prêts

Dernière mise à jour : 07/11/2017 ... Mais je continue de veiller. Aussi longtemps que vous aurez de l'Amour dans votre coeur, vous gagnerez toutes les batailles - Desideratum sur facebook continue de vivre au quotidien pour les extras

samedi 28 mars 2015

Que sa passerait-il si les abeilles disparaissaient ?

Un effondrement massif des abeilles. Pathologies, virus, parasites, disparition de la biodiversité, mauvaises pratiques agricoles et apicoles, perturbations électromagnétiques ... la liste des facteurs pouvant conduire à des surmortalités d’abeilles est longue et il n'y a dramatiquement pas qu'une seule cause....



Fin d'un mythe pour commencer ...


Dès qu’il est question d’abeilles, combien de fois n’avons-nous pas eu droit à la fameuse citation d’Albert Einstein selon laquelle « si l’abeille disparaît, l’humanité en a pour quatre ans à vivre » ? Citation bien pratique pour sensibiliser le grand public aux problèmes que rencontrent les abeilles, car elle s’impose aisément comme argument d’autorité. Et quelle autorité ! Celle de celui que les gens considèrent comme le plus grand savant de l’histoire. Sauf… qu’Einstein n’a jamais prononcé cette phrase.
On ne doit pas cette conclusion au travail acharné de nos journalistes d’investigation français, mais au site américain snopes.com, dont la spécialité est de traquer les rumeurs en tous genres. 



C'est assez malin pour les défenseurs des abeilles mais on peut vérifier sans problème.


Pour autant la situation reste dramatique et violente et les conséquences de la disparition des abeilles seraient indiscutablement très, très sérieuses.


On peut le voir ici sur un excellent lien, une suite de dossiers et d'études, vidéos et documentaires compilés depuis au moins 2007 :



Des millions de ruches, jadis occupées par des milliards d’abeilles, se sont mises à disparaître en quelques mois. L’épidémie est  d’une rapidité et d’une ampleur inégalée dans la dernière décennie.


Rien qu’aux Etats-Unis,  le syndrome de l’effondrement des colonies a fait disparaître cette année entre 60 et 90 % des colonies selon les régions, soit environ 1,5 million de ruches sur les 2,4 millions dont bénéficiait ce pays.

En Europe, le problème est tout aussi aigu. Les apiculteurs allemands déplorent la perte de 80 % de leurs colonies tout comme ceux de Grande-Bretagne, de Suisse, d’Autriche, de Pologne et de Grèce, selon un relevé publié récemment dans la revue Les Échos de France.


Arrivée sur terre il y a 60 millions d’années avant l’homme, l’abeille à miel est aussi indispensable à notre économie qu’à notre survie. Aujourd’hui, nous avons tous de quoi être préoccupés : 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, pas de pollinisation, donc pratiquement plus de fruits ni de légumes.

Markus Imhoof est donc parti à la rencontre de ceux qui passent leur quotidien avec des abeilles.



A quoi ressembleraient nos supermarchés?

Source :  Huffingtonpost.fr


L'article sur Wikipedia est ici très bien documenté et c'est bien majoritairement l'homme qui cause le trouble pour l'essentiel.

Selon une étude de l'INRA et du CNRS, 35 % de la production mondiale de nourriture est directement dépendante des pollinisateurs. La valeur du service de pollinisation des insectes a été estimée à 153 milliards d'euros, soit 9,5% de la valeur de la production agricole mondiale.

Un effet désastreux en tout cas !



L'union nationale des apiculteurs de France en parle
 
Témoin et victime de la dégradation de notre environnement l’abeille, première ouvrière de la biodiversité est en danger…              
Depuis plus de 10 ans le constat est sans équivoque : l’abeille disparaît de nos campagnes. L’utilisation de manière prépondérante de pesticides puissants, l’urbanisation grandissante, les écosystèmes non respectés, l’assèchement des zones humides… appauvrissent et détériorent les ressources en nectar et pollens nécessaires au développement de l’abeille.
Comment agir aux côtés de l’Union Nationale de l’Apiculture Française pour sauvegarder l’abeille et soutenir l’apiculture ?
 
VOUS ETES
 


 Et pourtant, elles sont un miracle de la nature ...




Publié par Dajaltosa

2 commentaires:

  1. Bonjour Dajaltosa. Il y a une région en chine où les abeilles ont complètement disparues en raison de l'usage massif de pesticides. C'est dans la province du Sichuan, celui du thé réputé éponyme. Or pour remplacer les abeilles se sont les hommes et femmes qui doivent faire le travail des insectes et pollinisent à la main. Un travail astronomique et difficile. Ce n'est pas réaliste d'imaginer ça sur une grande échelle alors on est en train de remplacer les abeilles par des robots pollinisateurs... au lieu de laisser la nature vivre à son rythme et suspendre l'utilisation de poisons qui, et c'est prouvé, n'ont plus aucune utilité car la nature y est devenu résistante et ce sont les espèces utiles plus fragiles qui en payent le prix
    La vidéo ci-jointe vient du même film que tu cites : .https://www.youtube.com/watch?v=p3U4hQlY494

    RépondreSupprimer
  2. @Bonjour Pestoune
    Merci pour ces précisions. Autre exemple ici en France... Par exemple pour lutter contre le varroa (un parasite venu d'Asie dans les années 80), on utilise de manière quasi-systématique des bandelettes d'un produit phytosanitaire comme l'apivar (c'est impossible de faire survivre une ruche sans un traitement). Mauvaise pratique ? Oui, le produit reste un toxique avec une molécule qui même avec une demie-vie de 2 jours laisse des résidus dans les eaux. Mauvaise pratique apicole ? Oui certainement (on apprend d'ailleurs à les privilégier dans les écoles et les associations de formations alors qu' il existe des alternatives avec de l'acide formique, de l'acide oxalique ou des huiles essentielles). Le problème, c'est qu'en raison de contraintes de températures notamment ces utilisations ne sont pas très compatibles avec de l'apiculture de rendement. On tourne en rond...Maintenant, même traitées de la sorte comme cela se pratique depuis déjà une trentaine d'années, les colonies disparaissent (cela a été le cas ici l'hiver 2013-2014 avec pas mal de populations décimées à hauteur de 60% contre une mortalité naturelle estimée à 20%) , Causes multiples ? Oui sans aucun doute... Contre lesquelles une des manières de lutte pourrait être la mise en oeuvre d'une apiculture familiale et naturelle de proximité (Et ça marche comme je le vois avec deux-trois exemples près de chez moi avec des colonies qui se développent...)... Mais on tourne encore en rond pour ... de la grande production ... tant que les poisons dispersés dans l'environnement ne seront effectivement pas abandonnés....

    RépondreSupprimer