Description une phrase- Pouruoi - Comment - Lien MON vdixime

Partager le changement... Vers de nouvelles pistes ... Vers une nouvelle vie ...

Trouver la voie c'est rechercher sans cesse ... et savoir qu'elle se présente sans aucun doute quand nous sommes prêts

Dernière mise à jour : 24/07/2016 ... Mais je continue de veiller. Aussi longtemps que vous aurez de l'Amour dans votre coeur, vous gagnerez toutes les batailles - Desideratum sur facebook continue de vivre au quotidien pour les extras

mardi 3 mars 2015

Face à la douleur et à la souffrance....On est tous concernés

Peut-on donner un sens à la souffrance humaine ? Les personnes qui souffrent sont des gens merveilleux. Mais pourquoi la douleur ? Tant de souffrances sont-elles utiles ? Comment comprendre la douleur de tant d'innocents s'il y a un ordre universel d'amour et de bonté ? Certains nient Dieu parce qu'ils ne peuvent pas le comprendre ou parce qu'ils en ont une autre vision en marge du dogme. Pour d'autres, la douleur est une rencontre fortuite entre l'homme et Dieu....


Pourquoi ? Pourquoi cela m'est-il arrivé ? Pourquoi à ce moment-là ?  


L'arrivée de la douleur dans nos vies, nos malheurs, nos peines, est perçue comme un mystérieux personnage qui augmente notre confusion. 
La douleur est un mystère universel que chaque être humain peut connaître (va connaître) tout au long de son existence, souvent incompréhensible et inévitable. Il dépend ensuite de la personne d'y donner une réponse négative comme la colère, la rage ou l'écart à l'amour, ou au contraire une réponse positive, une croyance en l'ordre et en la perfection du monde... et de bénir la situation que nous vivons sans perdre la foi et l'espoir.

La douleur est un mystère incompréhensible universel et inévitable. 

Dans le premier cas, la douleur peut être considérée comme un signal d'alarme biologique qui nous aide à prendre conscience de notre corps. 
Cette douleur est ainsi un fait objectif et n'offre alors aucune discussion : la douleur fait mal ... est située ... Mais il y a une autre dimension de la douleur que nous appelons la souffrance. Ainsi la douleur est dans le même temps quelque chose d'objectif et subjectif.

Je crois que nous ne sommes pas seulement des malades en puissance présentant seulement des déficiences fonctionnelles. Des causes sous-jacentes existent.
Une tendance très répandue dans notre société aujourd'hui est de traiter la souffrance de manière purement technique. L'intervention par des analgésiques, parfois excessive, exprime la volonté d'abolir la souffrance avant même que d'essayer de comprendre sa signification (et encore quand cela est fait). Bien sur il est important de lutter contre elle mais il est aussi important de l'accepter comme le signal d'un état de conscience donné. La souffrance peut, en quelque sorte parler et transmettre son sens... un cri de sens !

Alors peut-on donner un sens à la souffrance humaine ?

Les blessures qui nous font souffrir ne sont pas nécessairement destinées à détruire. Si nous supposons que nous pouvons les intégrer, nous pouvons aussi supposer que cela peut contribuer à notre croissance humaine et nous permettre de transmettre aux autres la richesse de notre humanité.... Et le souffrant qui assume est riche... alors même qu'il souffre davantage.

La faiblesse et la fragilité humaine sont présentes dans nos vies et, dans de nombreux cas, viennent détruire nos idéaux et nos projets. On peut se croire exempts, mais le sera-t-on 10, 20, 30 ans ? ....
Alors pour nous prémunir sachons que toute personne qui entretien un pourquoi à vivre est en mesure de supporter presque n' importe quelle manière de souffrance, et qu'il vaudra mieux en tirer un bénéfice...

Les personnes souffrantes
 
Pourquoi certains êtres humains ont une aversion pour les malades ? Pourquoi nous protégeons-nous et fuyons-nous la souffrance des autres ? Une grande blessure dans l'être humain est celle du sentiment de l'impuissance qui existe dans ces situations qui dépassent notre capacité d'action et de compréhension et parfois, bien souvent (trop souvent), celle de notre désir de résoudre nos propres problèmes et ceux des autres.

Nous fuyons la réalité, l'engagement de ceux qui souffrent. Mais qui dans la vie a toujours été protégé de l'expérience de la douleur ? Ne peut-on pas en offrir un peu le fruit à l'autre ?
Ne pouvons-nous pas nous-même apprendre quelque chose de la douleur de l'autre qui souffre ? 
Il y a certaines fleurs qui fleurissent dans les sables du désert que vous seul pouvez voir et il y a une certaine expérience de l'amour en cela. Vivons-nous seulement quand tout va ?


Pour ceux qui n'ont pas eu une expérience de profonde douleur...

Nous avons tous le devoir et la responsabilité d'aider autant que le besoin d'être aidés... N'est-ce pas vrai ? Et nous en sommes capables ... parce qu'à leur place nous le voudrions aussi. Réfléchissons bien à cela !
Si nous voulons aider quelqu'un qui souffre nous chercherons alors une vraie rencontre spirituelle qui va nécessiter sensibilité, amour et dévouement, c'est à dire le service à une autre personne. On doit être capable de se mettre dans la peau de l'autre et pour cela être capables d'écouter notre intuition et nos élans premiers que nous avons tous en essayant d'être nous-mêmes,  juste pour aide et soutenir dans un élan du coeur.

Des gens merveilleux

Les gens qui souffrent sont des êtres merveilleux et ils recèlent toutes les croyances de ce qui est important, les attitudes positives, des sentiments profonds, généreux. Rayonnant de l'intérieur, ils rayonnent sans chercher à briller. Ils sont proches et plein de bonté, au côté desquels on se sent bien.... 
Une personne merveilleuse sans le vouloir, pour qui a la chance de la rencontrer dans la vie, de l'encourager, lui offrir la possibilité de se sentir joyeuse et de bonne humeur malgré tout, acceptée, appréciée, aimée, pas quelqu'un de supérieur mais quelqu'un qui est digne d'admiration sincère  parce que sa simplicité naturelle on la trouve irrésistible tout simplement.
 
Croyez-moi on peut se sentir fort quand tout va mais quand la douleur est là, et la souffrance qui la suit de près, vous changerez très vite d'avis.... 

«Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle» (Jn, 3, 16)
Oui, on peut faire les forts mais en ces temps là, appelons le Dieu ou comme vous le voulez, mais votre esprit se tournera vers l'intérieur, toujours. C'est un catalyseur et vous y reviendrez, à votre manière certes, mais voila bien ce qui se passera....

La grande maladie de notre temps est l'absence des valeurs de respect et le manque des objectifs vitaux de l'âme. 

Je me suis souvent demandé ce que j'ai appris de mon expérience personnelle de la douleur. Il y a plusieurs années j'ai été écrasé quelques jours par une infection bactérienne et une autre fois encore avec des soins sur les jambes qui étaient terribles à subir et il y a eu à chaque fois un seul baume de guérison dans lequel j'ai placé ma confiance : l'Amour de Dieu. Je suis pourtant profondément athée bien que pas sans croyance loin de là, mais à chaque fois cette image était bien le seul catalyseur possible pour lutter et accepter mon expérience. Un instinct en quelque sorte dans le cri. Bien sur cela m'est probablement propre et tout personnel mais n'empêche au delà, et sans que cela n'ait rien à voir avec le dogme de la religion, survient l'idée de la puissance de notre esprit qui surgit peu à peu, et la ressource, et des changements profonds.
Aucun de nous ne passera au travers. J'ai demandé à un mourant de me dire ce qu'il ressentait. Il me disait j'ai peur...  j'ai peur ... et le rassurant, celui-ci de terminer par rendre grâce à Dieu..... Profondément athée lui aussi....

Une chose est certaine, on ne se lasse pas  de s'efforcer de vivre avec amour dans la vie que Dieu nous a donnée. Accepter la réalité de l'amour, nos faiblesses et nos forces, c'est une grande leçon pour essayer d'apprendre. Sachons soulager aider et protéger. C'est une grande richesse et pensons y lorsque cela survient quand bien même il s'agit d'un autre !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire